PokéStory
Bienvenuse sur le forum des Floodeur du Bip (Pokébip) ! Si tu n'es pas encore inscrit, enregistres-toi ! Sinon connectes-toi !

Dans tous les cas, nous te souhaitons d'agréables moments sur Pokéstory!

Signé : L'équipe des administrateurs

Coucou à toi qui lit ce message ! Very Happy Si tu n'es pas encore inscrit(e) au premier Tournoi sur Pokémon X et Y de ce forum, alors fais le de suite Smile

PokéStory


 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De toutes façons personne ne va lire | AWOD/AWON | A Week of Dream

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kimi
Demi-Dieu floodeur
avatar

Age : 18
Localisation : Sur la planete Terre. Plus précis ? Europe.
Messages : 1115

MessageSujet: De toutes façons personne ne va lire | AWOD/AWON | A Week of Dream   Mer 16 Juil - 15:54

Je ne vais pas continuer cette fanfic. Alors ne me demandez pas "c'est quand la suite ?",
Car il n'y aura pas de suite.

__________________________________________________________________________________________________________

PROLOGUE
. ♠~ ♦ ~♠ .

« Il serait possible de rejoindre et vivre sur la planète Alpha 4, qui a un environnement semblable à celui de la Terre. Des vaisseaux partirons en éclaireurs sur la planète. Cependant il fut décidé par le gouvernement que seulement 600 personnes étant capables de passer un test qui aura lieu à Tokyo, Paris et New York, pourrons y faire un voyage, accompagnés de 450 soldats et 50 personnes pouvant se payer un tel voyage. »
« Le premier vaisseau qui a pour destination Alpha 4 vient d'être envoyé aujourd'hui, le 6 juin 2022, après 5 mois d'attente. Il atterrira sûrement le 19 juin 2022. A bord il y a en tout 1100 passagers et 8 pilotes. Tout a l'air de se passer bien pour l'instant... Ah ! Le voilà qu'il décolle du sol ! Filmez donc, filmez le ! »
« Les premières images d'Alpha 4 ont été reçue par la Nasa. On a pas la permission de les montrer, mais des rumeurs disent comme quoi, cette planète est en vérité hostile à l'homme et que les éclaireurs nous auraient mentis. Pourtant il semble qu'il n'y ait pas de raison pour que les éclaireurs auraient fait cela. »
« Aux dernières nouvelles, Alpha cache des animaux comme des dragons, fées semblables aux lucioles, ainsi que diverses formes d'autres humains, comme les sirènes ou sorcières. On a reçu comme information qu'il existe plusieurs races de dragons ainsi que d'autres créatures, mais principalement, il y a des dragons. Ce qui est fort étrange, dit on, c'est la présence de « magie » dans les êtres vivants de la planète. »
« Les scientifiques qui arrivèrent sur Alpha depuis quelques années étudient la magie, et disent qu'il est possible de l'adopter pour l'homme. Ce serait comme une sorte de drogue qu'il faudrait s'injecter régulièrement jusqu'à celle ci se renouvelle toute seule. Les premiers tests sur des êtres humains ont été faits. Cependant, le gouvernement pense ceci dangereux et pense l'interdire... »
« Ca fait plus de 100 ans qu'Alpha a été habitée, aujourd'hui ayant plus de 960 000 habitants, un grand carnaval sera organisé sur cette belle planète ainsi que sur Terre ! »
« Le gouvernement interdit l'injection de magie dans le corps humain en définissant ceci comme drogue ce jour du 8 décembre 2135. Cependant, Alpha manifeste et se rebelle contre le gouvernement terrien. Alpha a un gouvernement à elle dont les lois sont strictes. Plus aucun échange entre la Terre et Alpha est effectué dès le 16 janvier 2135. »

__________________________________________________________________________________________________________

CHAPITRE I
Une heureuse rencontre pour une heureuse semaine
. ♠~ ♦ ~♠ .

P.D.V. - Kimi

lun 08.01.40 - 12h47

C'était une journée d'hiver, comme il l'était sur Terre en France. Je traversais les rues de la ville que j'habitais à la recherche de la maison d'une de mes amies. C'était un jour spécial pour elle, un jour qu'elle ne voulait surtout pas gâcher, car ce 8 janvier 2140 elle venait d'avoir 18 ans. J'avais un cadeau très spécial à lui donner, à elle mais aussi à sa sœur.
Dans mon sac il y avait trois tickets de train vers Earth, la première ville créée sur Alpha, donc la capitale mondiale de la planète. Il y avait des attractions, des spectacles de dragons domesticables, des tours de magie, des sculptures, musées, restaurants, boutiques, il y avait de tout. Mais ce n'est pas pour cela qu'on y allait. Là bas nous attendait une rencontre et une semaine dans une villa que j'avais réservée spécialement pour nous et nos amis.
Je sonnai à la porte d'une maison ne se différenciant de rien des autres, excepté du numéro, « 31 ». Une jeune femme m'ouvrit la porte : elle avait de merveilleux cheveux châtains, soigneusement brossés et lisses. Ces magnifiques cheveux lui arrivaient jusqu'au bassin. Ses yeux bleus pastels rejoignirent mon regard bleu marin et elle sourit immédiatement. Je n'avait même pas à parler qu'elle savait déjà tout en ayant regardé dans mes pensées. Elle avait hérité ce pouvoir de sa mère qui l'avait à son tour hérité de ses parents, et c'était ainsi de génération en génération. Cette belle magie qu'on appelle la télépathie, une drogue d'après les terriens, mais ça n'a rien avoir l'un avec l'autre. La magie peut paraître comme une drogue au début, mais c'est plus comme une maladie héréditaire, bienfaisante.
« Vite, vite ! Jea ! cria la jeune femme aux cheveux châtains à sa sœur, dans la maison. Kimi est arrivée, elle a les tickets ! Ah là là ! Je suis trop excitée rien d'y penser ! Viiiite ! 
- C'est bon, c'est bon, laisse moi m'habiller, Kapo ! j'entendis une voix de la maison.
- Rentre ! m'invita Kapo. »
J'entrai comme me le dit de faire Kapo. La maison était propre et bien rangée, pas trop remplie mais pas trop vide, aux couleurs diverses et agréables. Je me vis dans un miroir dans l'entrée. Des cheveux blonds foncés, c'est à dire la plus laide couleur qui n'a pu tomber à mon avis, m'arrivaient jusqu'aux couds. Ils étaient mal coiffés à cause du vent qu'il y avait dehors, mais peu n'importais. Ce que je trouvais magnifique, c'est mes yeux turquoises que je pouvais regarder pendant des heures. Mais c'est bien la seule chose magnifique en moi.
J'ai attendu quelques minutes avant de voir arriver une belle adolescente aux cheveux longs, lui descendant presque aux genoux. Ils étaient moyennement volumineux et ondulés, de couleur châtain. Sa frange sur le côté cachait une partie de son front et elle avait de beaux yeux roses. Bien sûr, c'était des lentilles qu'elle portait très souvent, ses yeux étaient quelque chose entre le gris et le bleu en temps normal.
Il a fallut une trentaine de minutes pour que les deux sœurs soient prêtes, valises et sacs à la main. Jea portait des vêtements élégants mais pas pour autant inconfortables, et Kapo a bien sûr mis ses plus belles Vans. Pour ma part, je n'avais rien mis de spécial, je me sentais bizarrement mal devant elles.

~ ♦ ~

lun 08.01.40 – 13h12

Nous allions vers la gare de la ville quand nous aperçûmes une tragédie proche au loin. Un petit garçon qui s'amusait à grimper sur un mur de 8 mètres de haut allait tomber par manque d'équilibre et personne n'était assez proche pour arriver à temps le rattraper.
Kapo et moi voulions courir le secourir, mais nous savions que Jea serait plus rapide. Elle disparut d'un coup et réapparut à l'endroit où le petit garçon allait tomber pour l'attraper dans ses bras et le sauver en même temps. Tout se passa comme prévu et le petit garçon n'eut rien. Jea le déposa.
« Merci Madame... » dit il timidement.
L'héroïne du garçon sourit légèrement pour un « de rien » puis revint vers nous pour que nous puissions arriver à la gare à temps.

~ ♦ ~

lun 08.01.40 – 13h30

« Mais il fait trop chauuuuuud ! se plaignit Kapo dans son siège, à faire d'un magasine disponible dans le train un éventail.
- Moi je trouve pas, c'est idéal, dis je.
- Ouais, ça va... rajouta Jea.
- Rah, comment vous pouvez ne pas avoir chaud ? » souffla Kapo.
Nous étions en route que depuis cinq minutes et il nous restait vingt minutes où Kapo disait qu'elle a chaud, faim, que c'est inconfortable ou qu'elle a encore faim car elle n'a rien mangé à midi ; elle attendait de manger à Earth. Nous voulions faire un grand pique-nique avec ceux que nous rencontrerions là bas.
« Mange pas maintenant ! dit d'un coup Jea qui avait surpris Kapo en train de fouiller dans leur sac.
- Je ne vais pas manger, je cherche mon téléphone... répondit la femme aux cheveux lisses.
- Je l'avais pas mis dans le sac il me semble, s'interrogea sa sœur.
- QUOI ?! s'écria Kapo. J'ai oublié mon téléphone ?! Putain ! »
Je soupirais puis je regardais le paysage par la fenêtre. Un grande plaine sur laquelle galopaient des hippohexapèdes (des sortes de chevaux ayants quatre jambes avant et deux arrières) et volaient quelques créatures à plumes qu'on classait parmi les oiseaux chez les terriens, mais correspondaient pas vraiment à cela.
Je jouais un peu avec une sorte de poudre noire que j'ai crée dans ma main.

~ ♦ ~

lun 08.01.40 - 13h49

« Tu es où ? On t'attend, moi Kapo et Kimi, au lieu du rendez vous ! Very Happy »
Jea envoyait des SMS pendant que Kapo se retenait de sauter de joie dans tous les sens tellement elle était contente d'être à Earth pour cette rencontre spéciale. Elle regardait autour d'elle pour voir si elle reconnaissait qui que ce soit, sa sœur l'imitant.
Je ne ressentais pas cette joie qui les faisait bondir. Je souriais à leur humeur, mais je n'arrivais pas ressentir la même chose qu'elles. Je savais que de mon côté, ça va mal se passer.
Après quelque minutes, nous étions dérangées par quelqu'un qui arrivait de derrière Jea. Il était bien plus grand que nous, mais ne faisait pas spécialement peur... Enfin, sauf à Jea, qui a sursauté et qui s'est cachée derrière mon dos.
« Bonjour, le saluai je comme si de rien était, l'air neutre.
- Carcha ? se réjouit Kapo.
- Oui », répondit il simplement.
Jea sorti de sa cachette et après quelques minutes de gènes nous rigolions à cœur joie. Pendant que nous discutions, quelque chose est descendu rapidement du ciel tout au milieu de nous quatre, un peu comme descendrait une météorite, et a fait tomber les deux sœurs au sol. La silhouette s'est redressée. Des ailes, un corps d'homme, des cheveux bruns et lisses. Ses yeux qui avaient deux couleurs presque mélangés, marron et vert, se posèrent sur le visage de Jea. Celle ci le voyant à contre jour, semblait émerveillée, surtout quand l'homme posa le regard sur elle.
« Ah, je suis désolée, je t'ai fait tombé ? demanda t il à la jeune femme en lui tendant la main pour l'aider à se relever.
- Oh, euh... prit elle la main de l'homme ailé. Non, non ! Et puis c'est pas grave ! »
Jea s'est relevée, souriant bêtement et un peu gênée.
« Et moi on me vient pas en aide ? » bouda Kapo, toujours assise sur le sol.
Je jetai un regard à Carcha, mais lui ne semblait pas réagir à ce qu'avait dit Kapo. A vrai dire, je pense être la seule qui avait réagi.
L'homme ailé s'était présenté comme Rom, ce qui fit sauter de joie Jea, et bientôt d'autres gens arrivèrent et on fit au final neuf. Nous étions rejoins par Clopoke, une jeune femme aux cheveux rouges et aux yeux bleus azur, Lia, un blond aux yeux bleus ciel, Wav, qui était brun et avait les yeux marrons, et Kud, un amant de cookies qui avait les cheveux marrons et les yeux de la même couleur.
Pourtant on devait être onze...
« Elles sont en retard d'une heure... soupirais je.
- On y va ? J'aimerai pas ennuyer les autres à les attendre, dit Kapo.
- Oui mais si elles arrivent juste après qu'on parte ? Attendons un peu, proposa Clo.
- Mouais... souffla t elle en réponse.
- Tout le monde s'occupe, regarde, dis je en montrant Wav jouer avec sa magie de feu.
- Oui mais... » nous regarda t elle, et voyant que nous la contestions toute les deux, elle abandonna.

~ ♦ ~

P.D.V. - Dark

lun 08.01.40 - 14h57

Je n'avais pas vraiment envie d'aller à cette rencontre, surtout que je ratais un jour où je pouvais rester dans mon canapé à ne rien faire ou alors une journée entière à découper tout ce qui me passait par le sabre. Mais je n'avais surtout pas envie de me perdre dans Earth avec Izu que j'avais trouvé en chemin. Mais c'était amusant de l'embêter.
« Q-que... Dark ?! se retourna t elle vers moi à un moment.
- Quoi ? rigolais je.
- Tu es sérieux de me toucher les fesses, gros pervers ?!
- Tu en as de grosses en plus... Espèce de vache va.
- Ta gueule ! »
Elle bouda et son pas accéléra. Qu'est ce qu'elle avait contre ce que je venais de dire et faire ? Je la taquinais juste.
Cette fille aux cheveux blancs était comme moi quelque part. Elle ne reçut aucune magie à sa naissance, donc dans ce monde de fou elle se défendait avec une arme : un revolver qu'elle portait toujours sur sa ceinture qui tenait sa jupe et était caché par ses hauts. Pour ma part, j'avais deux katanas dans mon dos, très visibles. Je n'allais pas les cacher, j'aimais intimider les gens, même si certains ne craignaient pas les armes comme celles là.
Izu avançait toujours avec un plan de ville, qui l'aidais pas spécialement, quand j’aperçus du feu au loin. Ca avait l'air d'être une spectacle qu'on donnait de temps en temps dans les rues, qui ne m'intéressait pas d'habitude mais quelque chose m'y attirais. Et puis je pourrais peut être m’asseoir quelque part, mes jambes me faisaient souffrir depuis plus d'une heure.
Sans prévenir Izu, je me suis redirigé vers la foule autour du feu et j'aperçus neuf jeunes adultes en plein centre, avec un brun qui lançait de spectaculaires flammes vers le ciel et le sol.
« Dark ! s'écria une femme aux cheveux rouges, qui me semblait être Clopoke. Où est Izu ?
- Euh... je m'étais retourné mais je l'avais perdue de vue.
- Je vais regarder aux alentours, dit un homme ailé avant de traverser le ciel en recherche d'Izu.
- Salut. Dark, dit avec dégoût une voix à côté de moi.
- Me parle pas salope, lui répondis je quand je vis que ce n'était personne d'autre mais Kimi.
- Cela me donne que te parler encore plus, sourit elle.
- Ta gueule ou je te découpe en rondelles.
- Pas comme si j'avais peur.
Énervé, je sorti un de mes katana et mis la lame près de sa gorge. Comme seule réponse, j'eus un sourire doux, comme amoureux de sa part, ce qui m'énerva encore plus. J'appuyais sur sa gorge qui commençait à saigner, et Kimi ne reculait même pas. Elle m'a chuchoté avec un sourire bizarre sur les lèvres :
« Un jour, j'aurai ton cœur. »
On m'attrapa les mains juste après pour m'éloigner de la jeune femme qui m'avait tourné le dos et s'en allait.
Qu'est ce qu'elle croit cette pute ? Avoir mon cœur ? Ouais, c'est ça, va  crever.
« Qu'est ce qu'il s'est passé ? » demanda l'homme ailé qui avait ramené la femme aux cheveux blancs et une frange lisse, très peu ondulée, sur l’œil.

__________________________________________________________________________________________________________

CHAPITRE II
Des larmes de deuil encadrées par un faux sourire
. ♠~ ♦ ~♠ .

P.D.V. - Kapo

lun 08.01.40 - 21h08

J'avais passé un excellent anniversaire avec tous mes nouveaux amis que je connaissais grâce au forum PokéStory.
Nous étions (enfin) allés manger sur une grande pelouse dans un parc, qui, à mon plus grand étonnement, n'était pas du tout rempli, presque vide. Nous nous étions mis dans l'ombre d'un arbre pour manger tout ce que nous avions dans nos sacs (Carcha ne voulait pas de mon chewing-gum à la menthe !). Après avoir déjeuné, nous nous promenions dans les rues de Earth, qui étaient magnifiques. Nous avions visité toutes les boutiques en traînant les gars derrière nous et je m'étais appropriée de nouvelles Vans violettes et un blouson bleu clair.
Nous nous sommes faits des selfies à chaque coin de la rue dès qu'il y en avait l'occasion. On pouvait en faire un album tellement il y en avait.
On frappa à la porte de ma chambre pendant que j'étais couchée sur mon grand lit à sms'er sur mon téléphone que j'avais trouvé dans ma valise. Kimi n'était pas revenue depuis que Dark est venu, je m’inquiétais. Surtout qu'elle ne répondait pas depuis un moment.
« Tu viens jouer ? me demanda Jea qui tenait une boite du jeu Loup-Garou, ayant ouvert la porte de ma chambre.
- Ouais ! »
Mes inquiétudes disparurent au début du jeu. Elle devait sûrement être rentrée de toutes façons. C'est pas comme si elle s'était faite tuer et qu'elle ne reviendrait jamais, hein ? … Non, elle savait se défendre. Mais... Elle n'en a jamais eu besoin, elle ne sait peut être pas...
Ma tête explosait sous toutes les hypothèses possibles, je n'avais pas pu me concentrer pendant le jeu et on m'avait découvert Loup-Garou dès le deuxième tour. Surtout que Kimi n'était pas la seule absente. Dark n'était pas près de nous depuis quelques heures. Mais je m'inquiétait moins de lui. Il maniait des katanas et rien de mal ne pouvait lui arriver. Normalement.
Après quelques parties, c'est à minuit et quelques que je me couchais. J'avais beaucoup rigolé, et ça m'avait fait du bien après les mois d’examens pour rentrer une université prestigieuse de Earth. Il n'y avait eut que stress pendant ces journées, j'avais attendue cette semaine que j'allais vivre depuis des millénaires, il me semblait.
Malheureusement, après celle ci le stress me regagnera jusqu'au mois de mars, c'est à dire l'annonce des résultats.
Et puis Kimi m'a toujours pas répondue...
« Il ne faut pas que je pense à ça... m'étais je dit. Il faut que je profite pleinement de ces jours. »
Je fermai les yeux pour m'endormir, mais je les rouvrit assez rapidement après avoir entendue le bruit de la porte qui claquait. Aucune lumière ne rentrait dans la chambre, donc je ne voyais absolument rien. Ma main glissa sur la table de nuit et chercha la lampe qui était normalement posée dessus, mais il n'y avait que du vide sur la partie où se posait ma main. Je m'étais tournée vers la table de chevet pour tendre encore plus mon bras et allumer la lampe. Mais il n'y avait plus de lampe. Je m'étais assise sur le lit et j'essayais de voir quoi que ce soit dans le noir, mais je ne voyais presque rien. Mon téléphone étant éteint, il ne pouvait éclairer.
D'un coup, je sentis quelque chose de froid et solide se renfermant brusquement autour de mon poignet. Instinctivement, je rapprochai ma main vers mon épaule pour, par je ne sais quel miracle, cette chose froide me lâche. Un bruit de chaîne retenti et ma main avança rapidement vers l'avant, me faisant tomber du lit et mon visage frôla la maquette du sol après un choc sur l'os un peu au dessus de la joue, le zygomatique. Je senti le métal sur mon autre main aussi et je réentendu le bruit des chaînes, relevant mes mains vers le haut. Les chaînes remontèrent tellement haut que mon corps flottait en l'air. Mes bras étaient à la verticale et ce n'était pas une position des plus confortables car ma peau s'étirait de plus en plus avec les secondes et mes poignets me faisaient mal. J'essayais de m'échapper de ces bracelets en bougeant un peu, mais la seule chose que je réussis à accomplir, c'était de me faire changer de position par les chaînes. Celles ci s'écartèrent l'une de l'autre et me firent monter d'un peu plus ainsi que de me tirer sur les bras, plus à l'horizontale maintenant. Je restai dans cette position pendant une ou deux minutes, jusqu'à ce que la douleur se fasse vraiment ressentir.
Tout d'un coup, je sentis quelque chose de froid et d'assez fin sans être petit près de mon œil, quelque chose comme une règle en métal. Mais quand ceci se planta et rapprocha de mon œil, je compris que l'objet était tranchant. Un couteau ? Scalpel ? Peu importe ce que c'était, ça se rapprochait de mon œil et me coupait la peau avec les muscles, ce qui me brûlait. Je me tournai vite en ayant crié pour cacher mon visage du scalpel, mais ce mouvement instinctif me coupa la peau et la chair entre mon œil et mon oreille. Je sentis une main me tirant le bas de mon visage en me couvrant la bouche qui me tourna la tête comme je l'avais auparavant et la personne en face de moi, que je ne voyais toujours pas à cause de l’obscurité, me renfonça le scalpel presque dans l’œil, de façon à éviter encore une fois l'os à côté. Je sentais la petite chose tranchante me toucher l’œil et jouer avec, ce qui faisait horriblement mal. C'était dérangeant d'avoir quelque chose en soit, quelque chose de trop, qui en plus bougeait et pouvait couper mon œil de l'intérieur, comme aussi couper les nerfs ou les vaines, ainsi que de trancher les muscles à côté. Ceci me brûlait. Je voulais que ça arrête. Je pouvais pas me débattre. Si je bougeait mon visage, le scalpel se planterait dans mon muscle ou mon œil. Je n'avais même plus le courage de fermer mes paupières, de peur de me faire encore plus mal. Ma douleur remontait jusqu'au cerveau, surtout quand je sentais que mon œil est poussé vers l'avant, déchirant petit à petit, lentement, le nerf qui le reliait au cerveau. Le fil s'étirait, la douleur en était indescriptible. Je criais, je pleurais malgré moi, ce qui renforçait mes souffrances. L'eau salée coulait sur mes joues, je voulais juste que ça s'arrête, qu'on m'achève s'il le faut. L’œil s'était enfin détaché de mon corps et ce n'était plus des larmes qui coulaient sur mes joues. Il y avait bien trop de liquide sur mon visage pour que ça soit de l'eau. C'était du sang.
Je n'avais plus d’œil droit. Je pensais que c'était fini, qu'on allait me laisser, mais le scalpel, maintenant chaud, se planta dans mon œil gauche. On ne voulait plus l'enlever. On voulait en faire de la soupe. Les coups de scalpels étaient lents et douloureux. C'était tellement répétitif que j'oubliais peu à peu qu'on m'enfonçait quelque chose dans l’œil, mais la souffrance était tellement intense que je ne pouvais pas l'oublier. J'allais m'évanouir, quand les coups cessèrent.
J'avais l'impression d'avoir du sang partout sur le visage. C'était peut être le cas. Je ne pouvais pas me voir ; je ne pourrais plus jamais revoir quoi que ce soit, ni même lire dans les pensées. Mes yeux, mon pouvoir, ma vue, je ne les avais plus. Mais je m'étais dit que ce n'était pas grave, puisque on pourrait m'opérer, et même si non, je pourrait vivre.
Je le pensais, mais je perdis l'espoir de vivre quand on me mit quelque chose dans la bouche. Quelque chose... de tranchant mais petit. Ceci m'avait coupé la langue en longueur et dans ma cavité buccale il y avait de plus en plus de sang que je voulais cracher, mais la personne qui me faisait ça me tenait le bas du menton en dirigeant mon visage vers le haut. Son appuis sur mon menton était si fort que j'avais mal à la gorge tellement ma peau était tirée et je ne pouvais pas ouvrir ma bouche. J'étais obligée d'avaler mon sang dans lequel il y avait cette chose tranchante. Du verre... Du verre... C'était du verre... Du verre dans ma gorge qui me déchirait de l'intérieur... Du verre qui allait me trancher l'estomac... Du verre qui allait me faire faire une hémorragie intérieure...
La porte s'est ouverte brusquement, j'en entendis le bruit suivi d'un cri, un cri que je pourrais reconnaître parmi tant d'autres, si familier, si nostalgique... Le cri de Jea.
Les chaînes se brisèrent et je tombai par terre. Le corps alourdi par la douleur, je ne pensais même pas me relever. Je savais ce qu'il allait m'arriver, pas besoin d'être scientifique pour savoir qu'avoir du verre dans son corps était mauvais. Je fermai mes yeux et attendis.

Quelque chose m'avait relevé ma tête et mon dos du sol... Non, quelqu'un. Quelqu'un qui me serra dans ses bras et qui sanglotait.
« Dis moi que c'est un cauchemar... Je t'en supplie... Kapo... »
Oh que j'aimerais te le dire... Je voudrais te dire tellement de chose, petite sœur... Ne serait ce qu'un « Je t'aime » que je te dis si rarement... J'aimerais te souhaiter le bonheur, une belle vie... J'aimerais te dire tellement de choses que je ne t'ai pas dite... J'aimerais te dire de t'en aller de Earth, d'aller dans un endroit calme avec les Storiens, de vivre avec eux, comme tu le voulais toujours...
Je voudrais vivre avec vous et vous rendre heureux comme je peux.
Je sentais mon intérieur se déchirer et ma fin venir.

~ ♦ ~

P.D.V. - Jea

mar 09.01.40 - 7H10

La nuit, j'avais entendu des cris. Je ne dormais pas encore, donc même s'ils étaient un peu étouffés, je pouvais l'entendre. Je m'étais dite que ce n'est que mon imagination et j'avais continué à me tourner dans mon lit pour trouver une position confortable dans laquelle je pouvais dormir tranquillement. Mais ces cris étouffés avaient continué pendant plusieurs minutes. Je m'étais résolue à me lever et à voir ce qu'il se passait dans la chambre d'à côté : celle de Kapo. Mon esprit avaient traversé des milliers d'idées plus bêtes, effrayantes ou improbable les unes que les autres pendant que j'avais ouvert la porte, mais pas ça. J'avais crié à la vue de Kapo attachée à deux chaînes, en l'air, sans yeux, le visage plein de sang. Les chaînes avaient disparues, comme transformées en poussière et Kapo était tombée. Je m'étais précipitée sur son corps et l'avais pris dans mes bras.
« Dis moi que c'est un cauchemar... Je t'en supplie... Kapo... » avais-je dit entre deux sanglots.
M'avait elle entendu ? Je n'en sais rien. J'avais continué de pleurer jusqu'au matin.
Une voix masculine m'interpella derrière moi, alors que j'étais toujours en train de regarder le cadavre de ma chère sœur. Je me tournai vers la voix, exposant ainsi mon visage et yeux rouges de tristesse et mes cernes grandes de fatigue. Un ange...
« Qu'est ce qu'il se passe Jea ? me demanda Rom avec un regard interrogateur. Pourquoi tu tiens Kapo dans tes bras... ? Pourquoi tu... Tu pleures ? »
Je m'essuyai les joues et me levai, lâchant le corps mort. Je marchai lentement vers Rom, et au moment de sortir, je lui dis :
« Je vais le tuer.
- … Qui ? me demanda t il après un moment de réflexion et d'observation du cadavre de Kapo au loin.
- Le meurtrier ! Je l'ai vu, j'ai vu quelqu'un sortir par la fenêtre. Il... Il a fait tout ça à Kapo ! Il lui a ôté la vie sans raison... Il n'en avait pas le droit... Il... Il doit mourir, cet enfoiré ! Ce connard ! Ce...
- Hého ! m'interrompis Rom. Calme toi ! Tu sais à quoi il ressemble au moins ? Et tu sais si c'est vraiment un mec ?
- N-non mais...
- N'agis pas sans réfléchir. Il pourrait te tuer toi aussi... dit il, suivi d'un silence. … Il faudrait appeler quelqu'un pour faire quelque chose du corps... Et puis on doit prévenir les autres.
- O-ouais... »
Je ne savais pas vraiment si c'était une bonne idée de le dire à tout le monde. Après tout, ça gâcherait la bonne ambiance qu'il y a depuis hier et tout le monde serait perturbé au parc d'attraction.
« Et si on leur disait pas ? proposais je à Rom dans le couloir, sur la route vers la salle à manger.
- Hein ? Pourquoi ? Tu veux leur mentir ? me demanda t il.
- Non, c'est pas vraiment mentir... C'est juste... On va au parc d'attraction aujourd'hui, et j'aimerais pas qu'ils soient tristes.
- Ouais, mais t'as une sale tête. »
Je m'étais sentie blessée. Eh, ça ne se dit pas comme ça à une fille !
« Je vais aller me maquiller. » dis je, me dirigeant vers la salle de bain.
Une fois près du miroir, je m'aperçus que j'avais vraiment plus qu'une sale tête. Entre mes joues rougies, mon blanc d’œil rouge de pleurs et mes cernes violettes, je ne savais pas qu'est ce qui était le pire. Je sortis quelques choses de ma trousse de maquillages et je commençai à cacher les preuves que j'avais pleuré toute la nuit.

~ ♦ ~

mar 09.01.40 - 16H38

« Où est Kapo, au fait ? me demanda Lia pendant que nous faisions la queue vers la maison hantée.
- Euh... Elle... Elle a eut un appel la nuit... De... De maman, elle se sentait pas bien, elle avait besoin de Kapo à la maison, oui. lui répondis-je, un peu hésitante dans ce que je disais.
- Hm... Ouais... Tu sais, tu as l'air bizarre. » me dit il en se retournant vers Dark juste après.
Je baissai le regard vers le sol. Un bras m'entoura. Je regardai vers la provenance du bras et mon regard plongea dans de magnifiques yeux de deux couleurs mixtes, un visage qui souriait et me disait de ne pas s’inquiéter.
Nous avançâmes en avant pour s'asseoir dans un wagon qui menait dans une pièce sombre.

__________________________________________________________________________________________________________

CHAPITRE III
Un jeu d'enfant
. ♠~ ♦ ~♠ .

P.D.V. - Carcha
mar 09.01.40 - 20H03

Nous étions tous à table et nous mangions notre dîner dans la grande salle à manger de la Villa tout en discutant de la journée que nous avions passé au parc d'attraction. Chacun avait sa place, même si pas tout le monde le respectait. Par exemple Lia et Dark changeaient de place tous les repas, qui ne plaisait pas à tout le monde, comme par exemple Jea qui aimait sa place à côté de Rom.
« Dommage que Kapo ne soit pas là... lançai je.
- Sa mère a besoin d'elle, c'est pas de sa faute, dit Lia.
- J'y pense, elle avait des tickets de retour ? s'interrogea Clopoke.
- Non, c'est Kimi qui avait les siens je crois... lui répondis-je.
- Tiens, où est Kimi aussi ? s’inquiéta-t-elle.
- Comment Kapo a pu revenir sans Kimi alors ? demanda Lia.
- Kapo n'est pas avec maman... s'incrusta Jea.
- Elle est où ? » la regardais je.
Un silence suivit ma question. Jea baissa son regard vers son assiette et ne dit plus rien, le visage rempli de tristesse.
« Où est Kapo ?! répétai je.
- Morte. » répondit avec tout son calme Rom.

~ ♦ ~

mar 09.01.40 - 23H23

Presque deux heures dans ce lit sans pouvoir s'endormir. Presque deux heure dans l'obscurité à penser à une seule chose. Presque deux heures dans la tristesse à supporter la douleur que me faisait le cœur. En perdant Kapo, j'avais l'impression de perdre une partie de moi, une partie de mon âme. Presque deux heures dans cette chambre de villa à penser comment je l'aime, à me dire qu'elle ne le saura jamais.
« Tu es vexé ? » retenti une voix dans ma chambre.
Je me levai en sursaut pour voir d'où venait la voix, mais aucune source de lumière n'était présente, même pas la porte ouverte. Je pris donc mon téléphone pour éclairer la pièce. Personne n'était là. J'ai dû rêver. Je me recouchais aussitôt.
« Non, parce que depuis tout à l'heure tu penses qu'à Kapo, j'me disais que peut être t'es vexé que je l'avais tuée... »
Je me levai encore une fois.
« Où es tu ? Qui es tu ? demandai je dans le noir absolu.
- Je comprendrais si tu m'en veux...  Mais écoute, que penses tu d'un suicide par chagrin ? Roméo et Juliette, quel romantisme...
- Je ne vais pas me suicider, Kapo ne le voudrait pas.
- Tant pis pour toi. »
Il eut un silence après sa réplique et tout redevint comme avant l'apparition de la voix. Je n'entendais que ma respiration. J'allumais la lumière et tout semblait être tout à fait en ordre, aucun objet déplacé, aucune poussière touchée. Je ne voyais pas comment quelqu'un puisse rentrer sans ouvrir la porte... La fenêtre ? Je n'avais pourtant entendu aucun courant d'air.
La porte s'ouvrit et j'entendis la voix de Wav :
« Tu ne dors pas ?
- Et toi ? Qu'est ce que tu fais ici ? lui répliquai je.
- J'arrive pas à m'endormir non plus. Surtout que Dark, Clo' et Izu sont parties je ne sais où, je m'inquiète juste un peu après le meurtre de Kapo, me répondit il.
- Ouais... baissai je le regard.
- Ah, désolé ! dit il en rentrant dans ma chambre et fermant la porte. Comme on peut pas s'endormir tous les deux... Qu'est ce que tu dis de jouer un peu sur console ?
- Pas de problème. »
Je me dirigeai vers la console près de l'écran que j'avais pour l'allumer pendant que Waver s'occupait à choisir un jeu parmi les milliers qui étaient proposés sur l'étagère à côté. Je touchai le bouton allumant la console, mais celle ci ne montrait aucun signe de fonctionnement, ni même une petite lumière.

A suivre.
Une suite qui n'arrivera sans doute jamais.


Qu'en pensez vous à ce stade ? Qui est le meurtrier ? Quelqu'un dans PS ou extérieur à PS ?
Go le dire dans les reps.
Je vous laisse imaginer la suite.

Petite précision...:
 

_________________


Click:
 


Dernière édition par Kimi le Mer 16 Juil - 16:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wave
Hero


Age : 32
Messages : 105

MessageSujet: Re: De toutes façons personne ne va lire | AWOD/AWON | A Week of Dream   Mer 16 Juil - 16:19

Pourquoi pas sweet ? Sad

Sinon,
Spoiler:
 

_________________
Pepsi bottle
A Coca-cola glass
I don't give a damn
Revenir en haut Aller en bas
Rom'
Cœur de glace
avatar

Age : 16
Localisation : idk
Messages : 4443

MessageSujet: Re: De toutes façons personne ne va lire | AWOD/AWON | A Week of Dream   Mer 16 Juil - 16:55

Merci Sad

_________________



Des fois j'me dis que je suis pas née dans le bon sens, genre j'suis sortie de ma mère à l'envers et les mots que j'entends j'les entends à l'envers, les gens que j'devrais aimer j'les hais et les gens que je hais...- Effie

Skins g2 s3&4.

Jea
Revenir en haut Aller en bas
Kuuud
Maitre d'Eun
avatar

Age : 18
Localisation : Elios
Messages : 113

MessageSujet: Re: De toutes façons personne ne va lire | AWOD/AWON | A Week of Dream   Ven 25 Juil - 10:16

J'ai adoréééé *^*

_________________
Invité tu mérite un cookie c: !!!

K comme Ki est-ce ?
U comme Unbécile %D
D comme Délirant 8D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De toutes façons personne ne va lire | AWOD/AWON | A Week of Dream   

Revenir en haut Aller en bas
 
De toutes façons personne ne va lire | AWOD/AWON | A Week of Dream
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Dahl, Roald] Les deux gredins
» Mascotte de Anne
» [AIDE]Carte SD soudainement invisible sur mon telephone wiko cink
» Hôtel Disney et passeport fantasy?
» [Levy, Marc] Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PokéStory :: Fanfic-
Sauter vers: